• Période des concours

    X

  • ca52af9d7c

  • Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Coeur de l’Ostrevent

    images1.jpg

  • Petite phrase

    Les colombophiles qui durent sont ceux qui connaissent bien le pigeon-voyageur sachant l'utiliser et le manager. Au lieu de chercher des secrets qui n'existent pas,au lieu de se lancer à corps perdu dans des théories qui ne mènent à rien,les vrais champions forcent la chance par la qualité de leur travail. LA PATIENCE est l'arme des plus forts.Quand on est jeune,l'avenir est devant soi,on a le temps de voir venir.L'IMPORTANT EST DE RETENIR les leçons de la vie.CEUX qui REUSSISSENT le MIEUX,sont CEUX qui savent profiter d'avoir vécu.
  • Centenaire 1914-1918

    Centenaire 1914-1918

  • L’Observation

    Au colombier d'un coup d'oeil,l'observateur né verra tout ce qui se passe.Ce qui lui permet d'empêcher la propagation d'un mal possible et de guérir tout de suite un pigeon légèrement atteint.La négligence d'un petit détail,jugé superflu,peut parfois tout compromettre.Il faut aimer l'étude,la lutte,vouloir vaincre les obstacles.La première victoire est souvent à remporter sur soi-même.
  • Lâchers en France

    Lâchers en France

  • L’aile de notre pigeon-voyageur

    Principal outil de vol de notre pigeon voyageur.Comme pour tous les outils,fussent-ils les plus parfaits,il ne servira à rien,si celui qui le possède est incapable de s'en servir. Pour bien voler et faire des prouesses,notre pigeon a besoin d'entrainements. Il doit avoir la possibilité de se dérouiller les ailes par des exercices quotidiens,réguliers mais également et surtout connaître son environnement.
  • Le meilleur trieur

    Sera et restera Monsieur le panier de voyage qui donnera toujours complète satisfaction.

  • L’Entrainement bien compris favorise la Forme.

  • Aux Débutants

    Dans notre sport les jeunes colombophiles qui veulent réussir,doivent savoir que le métier de coulonneux s'apprend par l'expérience et l'observation ininterrompue.Le jour où un amateur pourra dire avec certitude qu'il connaît à fond le caractère de chacun de ses pigeons,alors son succès sera un fait accompli. Au sujet des concours,quelle méthode de jeu pensez-vous adopter? Serez vous spécialiste de la vitesse,demi.fond ou fond? Ou pensez vous grouper ces trois spécialités? Jouer sur les trois tableaux n'est pas evident ou alors jouer en association.
  • Les conditions de réussite

    Disposer d'un colombier bien sec,L'humidité est plus à craindre que le froid,Bannir les courants d'air,avoir de bons producteurs,Bonne nourriture,Nettoyage journalier et une désinfection bien ciblée.Ensuite on obtient beaucoup plus de pigeons traités avec douceur que de pigeons dont on ne s'occupe pas suffisamment.
  • Retour d’un concours

    Après chaque compétitions il faudra refaire les réserves, légumineuses surtout pendant les deux premiers jours puis rebander la musculature pour permettre le renouvellement de l'effort,mélange rationnel sans excès.L'alimentation et l'exercice doivent aboutir à un parfait équilibre entre les entrées et les sorties.L'excédent de poids est tout aussi nocif que le trop peu.
  • Pour le pigeon de fond

    Pour voler de l'aube au crépuscule le pigeon ne doit user que pour sa propulsion et non pour se maintenir à la meilleure hauteur de vol.S'il doit faire face simultanément à ces deux problèmes il ne resistera pas longtemps. Quand une épreuve de fond est très dure,soit par la distance,le vent contraire,la chaleur ou les mauvaises conditions atmosphériques,ce sont les pigeons les plus résistants à la fatigue,ceux qui récupèrent le plus rapidement ou bien encore ceux qui se vident le moins complètement le premier jour qui battent les autres,qui partent et volent le plus vite.Le pigeon peut voler dans la nuit.Quand le vainqueur de long cours en grande forme se sent près du but et qu'il possède encore des réserves suffisantes,il peut voler jusqu'au moment où il fait nuit noir. PREPARATION POUR BARCELONE"Ils doivent avoir à peu près 1000km dans les ailes et quinze jours avant l'enlogement pour Barcelone.Mais là aussi des entrainements individuels bien ciblés sont primordiaux.
  • Accueil
  • > L’eau et le pigeon-voyageur

L’eau et le pigeon-voyageur

.

Effet de la chaleur et de l’humidité pendant une course

9 Avril 2019

 
 

Effet de la chaleur et de l’humidité pendant une course
Dr Colin Walker

BSc, B.Sc.V., MRCVS, MACVSc (santé aviaire)

Trad. M.Maindrelle

 

 

Les pigeons n’ont pas de glandes sudoripares et ne peuvent donc pas perdre de la chaleur corporelle par la transpiration. Chez les oiseaux, la chaleur corporelle est perdue par refroidissement via l’évaporation  d’eau à partir des sacs aériens. Quand les oiseaux deviennent chauds, ils commencent à haleter. Ce flux d’air augmente sur les sacs d’air, processus qui augmente la perte par évaporation, conduisant à un refroidissement. La perte d’humidité occasionnée par ce système d’évaporation est compensée par la boisson. De cette façon, une température corporelle normale et un niveau normal d’hydratation sont maintenus.

Ce que nous savons, c’est qu’à 25°C, s’il est privé d’eau, le pigeon se déshydrate de 5% en seulement 24 heures. Pour mettre cela en perspective, les oiseaux qui sont déshydratés à 5% sont calmes, ébouriffés et se mettent immédiatement à boire si l’eau est fournie. Lorsqu’ils sont déshydratés à 10%, ces symptômes deviennent plus exagérés. Lorsque la déshydratation atteint 15%, la réduction est telle dans le volume de sang circulant que divers organes sont trop mal perfusés pour fonctionner normalement et il y a des conséquences au niveau de la conscience. Au delà de 15% , des décès commencent à se produire.

Nous savons aussi, surtout, qu’à 25°C aucune déshydratation ne se produit si les oiseaux ont accès à l’eau.

Durant les courses organisées lors des journées de plus de 25°C, on peut supposer qu’à moins de boire le long du chemin du retour, les pigeons arrivent au colombier avec un certain degré de déshydratation. À son retour, en état de santé, un oiseau va boire facilement, dans le processus de remplacement des réserves de fluides perdus et un état d’hydratation normal se rétablit rapidement.

Des problèmes se posent dans un certain nombre de situations.
Haute température – Les températures supérieures à 25°C exigent de plus grandes quantités de liquides à vaporiser à partir des sacs aériens pour maintenir la température normale du corps, conduisant à une rapide apparition de la déshydratation, à moins de boire.

Taux d’humidité très élevé ou très faible – Un faible taux d’humidité a un effet similaire sur les sacs d’air qu’une température élevée. Un faible taux d’humidité a tendance à sécher plus facilement les sacs aériens entraînant une perte plus rapide du fluide. Inversement, une forte humidité diminue le refroidissement par évaporation, conduisant à une hyperthermie (température corporelle élevée).

Vent de face – Les efforts additionnels liés au fait de voler avec un vent de face conduisent à une augmentation du niveau de dioxyde de carbone dans le sang, ce qui augmente la fréquence respiratoire. Cela augmente la perte de liquide des sacs aériens et prédispose aussi les oiseaux à la déshydratation.

Courses effectuées dans les zones où les points d’eau ne sont pas disponibles pour les pigeons de concours -L’ hydratation normale peut être maintenue même sous des niveaux extrêmes de température et d’humidité à condition que les oiseaux aient accès à l’eau. Le manque de point d’eau signifie que les oiseaux n’ont aucun moyen de remplacer les réserves de liquide perdu s’ils se déshydratent.

La combinaison de vents chauds, qui sont également asséchant, de face, sur des oiseaux qui n’ont pas accès à l’eau est mortel. Avec l’effort et la chaleur, de grandes quantités de liquide sont perdues pour le système de refroidissement par évaporation, conduisant à la déshydratation. Alors que les réserves de liquide s’épuisent, l’évaporation des sacs d’air ne peut plus se produire. Cela signifie que le pigeon a perdu son seul moyen de se refroidir et une ‘hyperthermie secondaire commence à se produire. Quand le niveau de déshydratation approche 15%, le système métabolique normal est perturbé et une baisse du niveau de conscience se produit. Dans ce cas, de lourdes pertes peuvent être attendues.

Il est à noter que même les jours froids la température au sein d’un camion de transport peut rapidement atteindre 25°C en raison de la chaleur que les pigeons génèrent (la température normale du corps du pigeon est de 41°C). Cela signifie que les oiseaux, s’ils ne sont pas approvisionnés en eau dès le début de l’enlogement jusqu’à l’arrivée au point de lâcher du concours le lendemain matin, auront déjà atteint un certain degré de déshydratation.

 

L’importance de s’assurer que les oiseaux aient accès à l’eau chaque fois que possible, afin qu’ils soient pleinement hydratés lors de la libération ne doit pas être sous-estimée.

 

Dr. Colin Walker BSc. BVSc. MACVS (Avian Health)

Melbourne Bird Veterinary Clinic

Australia

 

Laisser un commentaire

 

EURO SECTION News |
Les senegazelles du nord 2010 |
Jeunesse Animation |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nos Petites Frimousses
| Molisa
| AMAP Hiriburu